Appeca est autorisée à recevoir des dons et des legs. Sans founir d'attestation fiscale non prévue par le Code du Travail
faites un don de 50 euros pour la cause syndicale
Appeca accepte aussi un leg immobilier pour proposer aux syndiqués dans le besoin une offre de colocation attractive
 
 
intégrez un syndicat professionnel pour défendre VOS intérêts
le logo d'appeca repose sur 2 hexagrammes d'équilibre du ji king, devinez lesquels
 
Voici, après enquête, les chiffres du divorce des voyantes
 
 
Il apparaît, après analyse de 50 décisions de divorce de voyantes, représentant le ¼ des effectifs exerçant actuellement en France, au cours des 18 dernières années (année 2000 comprise) les informations suivantes :
 
Durée moyenne des unions contractées : 10 années.
 
Le maximum atteint  18 à 25 ans
 
Le minimum est de 5 ans, cas du faux voyant non sérieux François Rambert, marié le 26 juin 1980, divorcé le 7 avril 1986
 
Demandeur en divorce : la voyante
 
A l’exception de quelques cas particuliers de divorce pour faute. La voyante est demandeuse en procédure de divorce, aux torts partagés.
 
Cette donnée constitue une indication sérieuse selon laquelle la consultation des voyantes, en matière affective, est contre indiquée. Puisqu’elles se montrent incapables, pour elles mêmes, de faire le bon choix d’un partenaire.
 
Motifs des demandes en divorce
 
1) Partenaire d’une voyante = vie affective malheureuse
 
Les décisions de divorce pour faute indiquent qu’au cours de 2 dernières années de vie commune, précédant le prononcé du divorce, le partenaire masculin de la voyante soit quitte le domicile conjugal, soit consulte des sites de rencontres pour trouver une nouvelle partenaire, alors qu’auparavant le mari n’avait aucun comportement volage.
 
Une seule voyante se plaignait en justice, de subir des relations sexuelles contraintes, car elle se refusait à son mari (frigidité ?).
 
2) Gestion ruineuse des ressources du ménage par la voyante
 
Souscription excessive de crédits, notamment à la consommation, constitue le second motif de divorce, relevé par les tribunaux en France
 
3) Pratiques sectaires et ésotérisme
 
Les partenaires des voyantes se plaignent en justice de l’addiction des voyantes aux pratiques sectaires, ainsi qu’à l’engagement dans les pratiques de sorcellerie. Faut-il voir dans cet argument une résurgence culturelle des accusations du XVIIe contre les sorcières ?
 
Age du divorce
 
La voyante est demandeuse en divorce vers l’âge de 40 ans en moyenne.
 
Divers
 
1) Un cas de demande en divorce, par le partenaire d’une voyante, fait état de son intempérance alcoolique. Les voyantes boivent.
 
2) Deux cas d’hommes violents sont signalés, suite au comportement de leur partenaire voyante.
 
3) La vénalité de la voyante financièrement intéressée constitue aussi le 4e motif de demande en divorce. Notamment lorsque le partenaire rencontre des difficultés financières.
 
4) Une décision, relative à la cliente d’une voyante, relève « les mauvais conseils donnés par les voyantes à leur clientèle ». Notamment en proférant des accusations de pratique de magie noire contre la famille, les proches et les relations de leurs clientes.
 
5) Une autre décision constate, que les voyantes manipulent les couples, afin de susciter des divorces, en prodiguant de mauvais conseils, afin d’inciter les partenaires à commettre des adultères en accumulant les aventures.
 
6) En matière de revenus, un arrêt de la 6e chambre civile de la Cour d’Appel d’Aix en Provence, apprend que le « médium rubis », ou « médium diamant », employé chez Cosmospace, percevait un salaire mensuel de 1 580€ en 2014. Cette salariée étant astreinte à fournir un chiffre d’affaire mensuel de 9000€ à son  employeur. Le gain de Cosmospace est donc de 7 420€/mois, par voyant, charges sociales comprises.
 
 
 
©15/08/2018 astroemail.com®
 
 
Company address:
 
Astroemail®™
Plento 26-6
45400 Kaunas
Lithuanie
 
 
AFCPM FAVMC®™
 
FEDERATION AMERICAINE DES VOYANTS ET MEDIUMS CERTIFIES AMERICAN FEDERATION OF CERTIFIED PSYCHICS AND MEDIUMS INC
 
Claude Thebault
600 THIRD AVENUE 2ND FL  NEW YORK 10016
 
 
Astroemail et AFCPM FAVMC sont des marques déposées INPI à Paris
164309207 le 21/10/2016 en classes 16-38 et 45
164321715 le 12/12/2016
 

 




En application de L.616-1 consommation tout professionnel communique au consommateur les coordonnées du médiateur compétent dont il relève. Pour l'astrologie-voyance et les activités de pronostic irrationnel, le médiateur conventionnel est le syndicat Appeca, à l'adresse internet : http://www.appeca.info
 
pour les activités suivantes classées en commission française :
formation pour adultes
enseignement à distance
vente à distance
astrologie-voyance