Une affaire révélée début août 2019, dans le nord de l'Europe, est susceptible de jeter un discrédit considérable sur les campagnes actuelles de résurgences du covid dites de la Seconde vague et de la Troisième pour la rentrée.
 
Depuis le début de l'été les médias propagent l'idée que le covid revient avec la nécessité de porter le masque et d'envisager des reconfinements/quarantaine de longue durée pour tous. Après les mesures politiques voici venues les périodes de pressions diverses et variées d'enfermements psychologiques destinées à servir les intérêts mercantiles.
Un pays du nord de l'europe, ayant un service de répression des fraudes efficace dénommé FNTT, informait un secrétaire d'Etat de la passation d'un marché d'achat de tests covid frauduleux pour la somme de 6 millions d'euros. Un marché d'Etat, au profit de la société propharma portant préjudice, car les tests sont défectueux. Leur usage met en évidence une fausse résurgence du coronavirus. Des test non fiables. La Secrétaire d'Etat au rang de vice ministre donnait sa démission. Acceptée début août par son ministre de tutelle de retour de congé A. Vériga, une nature autoritaire. Ainsi le service des fraudes mettait en lumière un possible délit de favoritisme dans l'attribution d'un marché d'Etat, sur fond de fraude aux tests. La question se pose dès lors de la validité des tests Covid et de leurs résultats prédictifs. Les sociétés pharmaceutiques s'enrichissent en vendant des tests bidons aux Etats incapables de distinguer les bons tests des mauvais. Les Chinois sont des commerçants autant que des tueurs.
 
Les populations sont affolées par des informations non vérifiables selon lesquelles il existerait des "clusters" ou ilots isolés de coronavirus non signalés. Il faudra bientôt se déplacer avec des cartes, ou des programmes téléphoniques de localisation de type Tom Tom de géosignalisation de virus, frauduleux... pour se diriger en ville.
A.Veriga et sa secrétaire d'Etat Lina J. démissionnée de son poste
 
 
Vendredi, le ministre de la Santé Aurelijus Veryga sera également interrogé dans le cadre d'une enquête du Financial Crime Investigation Service (FNTT) sur l'achat de tests rapides de coronavirus. Cela a été confirmé au BNS par le porte-parole du ministre Lina Bušinskaite, qui a également déclaré que c'était "tout ce que vous pouvez dire pour le moment". Dans l'enquête de la FNTT, des allégations d'abus de pouvoir lorsque l'autorité a outrepassé ses pouvoirs, alors que des dommages importants pourraient être causés à l'État, ont également été exprimées à la vice-ministre de la Santé Lina Jaruševiciene. Vendredi, le ministre a accédé à sa demande et l'a renvoyée de ses fonctions de sous-ministre. La FNTT enquête sur 6 millions. achat de tests rapides de coronavirus d'une valeur de EUR. Au total, six personnes ont déjà été inculpées dans le cadre de l'enquête, dont des représentants de la société qui a fourni les tests, Profarma. Selon l'étude, s'élevant à 6 millions. La société aurait falsifié les documents et fourni à l'acheteur de fausses informations sur le fabricant des tests rapides pour COVID-19. Les achats ont été effectués par le Laboratoire national de santé publique. Son chef Vytautas Zimnickas est décédé il y a quelques semaines. Les forces de l'ordre ont remis en question la gestion intérimaire du laboratoire. Le Service spécial des enquêtes mène également une autre enquête sur plus de 5 millions de personnes. achats de réactifs COVID-19 d'une valeur de 1 000 000 EUR - les réactifs ont également été achetés par le laboratoire. Traduction Google
 
 
  
  
           
la méthode Sarkozy de l'entretien de la peur de la rechute des contaminations : tests bidons, réactifs bidons, chiffres invérifiables, des méthodes de com basées sur l'effet d'ancrage. Macron, conseillé par Sarkozy ignore où il va, mais il y va quand même. A l'opposé il y a le pas de méthode brésilienne dite de Bolsonaro
les chinois inventèrent une autre méthode pour tuer les gens à base de virus : les brésiliens choisissent de subir. Il y a moins de décès en Chine qu'ailleurs. Un mystère non élucidé par les experts en tout genre. Il y a moins de Covid dans le 13e que dans les autres arrondissements de Paris, le quartier chinois de Paris est-il protégé?